Afrique Sub-Saharienne

  • Une étude évalue les poissons des récifs coralliens d'Afrique orientale

    18/06/13

Lecture rapide

  • Une étude de quatre mois à partir d’images vidéo des communautés de poissons dans les récifs coralliens de l'Afrique de l’Est a été bouclée

  • Une fois les données analysées, elles constitueront les toutes premières données de base pour les futures activités de conservation

  • Pour les chercheurs, des données à grande échelle comme celles-ci sont nécessaires pour le succès des réseaux d'aires protégées

[NAIROBI] Les chercheurs analysent les données sur les récifs coralliens et les communautés de poissons de la côte de l’Afrique de l’Est dans le cadre d’efforts, à grande échelle visant à fournir les toutes premières données de base de la région pour les futures activités de conservation.
 
Des chercheurs membres d'une expédition scientifique dénommée The East African Marine Transect ont mené une étude de quatre mois, de novembre 2012 à mars 2013, le long du littoral depuis le sud du Mozambique jusqu’au nord du Kenya.
 
Des plongeurs ont collecté des données à l'aide de caméras stéréoscopiques à deux lentilles susceptibles de capter des images en simulant la vision humaine.

Cette technique permet de mesurer la taille et la position des poissons avec plus de précision qu’au moyen de la vidéo classique, et les espèces peuvent être identifiées une fois que les chercheurs sont de retour au laboratoire.
 

“Les informations guideront également l'industrie de la pêche sur les zones de pêche au sein de ces aires protégées, qui sont des habitats importants pour les organismes marins.”

Valentine Ochanda, planificatrice environnementale


Le chercheur principal, Delacy Caine, spécialiste de biologie marine à l'Université d’Australie Occidentale, affirme que l'équipe est en train d'analyser les données collectées.
 
Une fois cette analyse terminée, dit Delacy Caine, "elle fournira les données de base indispensables sur l’abondance, la diversité, de même que les structures de la taille des poissons des récifs coralliens, et la portée géographique générale de l'échantillonnage permettra d'évaluer les changements latitudinaux dans toute la région".
 
Ces données seront également comparées avec des statistiques recueillies dans le passé, pour identifier des changements relatifs à la quantité, la diversité et la répartition du poisson, déterminer les régions les plus durement affectées par la surpêche et les changements climatiques, et évaluer l'efficacité des régimes de gestion actuels et passés.
 
Delacy Caine déclare que bien qu’il y ait eu des appels en faveur du développement de grands réseaux d'aires marines protégées à l'échelle continentale, la compréhension de la dynamique des communautés à grande échelle a été largement ignorée. La plupart des stratégies de conservation et de gestion sont fondées sur des ensembles de données à petite échelle.
 
"Les impacts les plus pressants, tels que les changements climatiques, fonctionnent à plus grande échelle", soutient-il, en ajoutant que des données représentatives de régions entières -- comme celles de son projet -- sont nécessaires.

Le projet de recherche mettra également en lumière les effets de la gestion au sein des aires marines protégées, des stratégies de gestion de la pêche le long de la côte du Mozambique, de la Tanzanie et du Kenya.
 
Les données seront utiles pour les milieux scientifiques, ainsi que les milieux de la conservation, de la gestion et de l’enseignement, à travers l'Afrique de l’Est, et contribueront beaucoup à l’amélioration des stratégies de gestion et de conservation [ainsi qu’à l’éclairage] des processus d'élaboration des politiques, affirme Caine.
 
Valentine Ochanda, planificatrice environnementale et chef du département des sciences de l'environnement et de la santé à l'Université technique du Kenya, déclare que la cartographie des récifs coralliens contribuera à la planification et à la gestion de leurs ressources.
 
"Avec des informations [exactes et récentes] à portée de main, ces zones peuvent être protégées contre les activités qui dégradent l'environnement, par exemple, la pêche aux explosifs, qui cause une dégradation massive de ces écosystèmes et affecte la disponibilité du poisson. Les informations guideront également l'industrie de la pêche sur les zones de pêche au sein de ces aires protégées, qui sont des habitats importants pour les organismes marins", déclare-t-elle.
 
Ochanda ajoute que la nature transfrontalière des récifs coralliens peut mener tout droit à la catastrophe, étant donné que les pays n'ont pas les mêmes règles de gestion de l'environnement et du poisson : à titre d’exemple, certaines aires peuvent être protégées dans un pays donné, pendant qu’elles sont dégradées dans un pays voisin.

Le présent article est une production de la rédaction Afrique sub-saharienne de SciDev.Net.