Afrique Sub-Saharienne

  • Un outil en ligne pour consulter les plans d'action pour le climat

    Baraka Rateng’

    28/02/17

Lecture rapide

  • L'outil a été élaboré à partir de 163 plans nationaux d'action pour le climat

  • Il souligne les priorités des pays africains dans la lutte contre le changement climatique

  • Selon un expert, cet outil est indispensable dans les processus décisionnels

[NAIROBI] En collaboration avec plusieurs instituts de recherche européens et africains, la coopération allemande a lancé un nouvel outil interactif pour aider les Etats à comparer leurs priorités et leurs ambitions en matière d'action pour le climat.
 
Selon ses promoteurs, le NDC Explorer - l'Explorateur des contributions déterminées à l'échelle nationale (NDC) - pourrait apporter une contribution significative à l'action à l'échelle mondiale, dans le contexte des négociations sur le climat.
 
En 2013, les parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) avaient chargé les États membres de formuler des plans d'action pour faire face aux défis du changement climatique.

“L'Explorateur NDC met également en évidence les domaines prioritaires des pays africains en matière d'action climatique, rendant ainsi possibles des initiatives ciblées pour soutenir ces actions.”

Kennedy Mbeva, Centre africain d'études technologiques (ACTS)

 
L'outil est le fruit de sept mois de travail impliquant 16 experts et analystes de l'Institut allemand de développement (DIE), du Centre africain d'études technologiques (ACTS) au Kenya, de l'Institut suédois de l'environnement de Stockholm, en coopération avec le secrétariat de la CCNUCC, soutenus par le ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement.
 
Les experts ont créé une base de données à partir des INDC - Contributions Prévues Déterminées au niveau National - qu'ils ont intégrée à l'outil interactif en ligne.
 
Pieter Pauw, chercheur en Politique environnementale et gestion des ressources naturelles à la DIE, qui a dirigé l'équipe de recherche dans le cadre de la mise au point de l'outil, estime dans un communiqué que "les INDC sont une pierre angulaire de la mise en œuvre de l'Accord de Paris. Mais, hormis les objectifs globaux d'atténuation des pays, le contenu des contributions prévues à l'échelle nationale n'a pas été clairement établi."
 
Kennedy Mbeva, chercheur à l'ACTS, a déclaré pour sa part que l'objectif des chercheurs était de rendre les plans d'action accessibles à un large éventail de parties prenantes par une analyse objective.
 
Selon Kennedy Mbeva, l'outil est détaillé, en particulier en ce qui concerne les données et informations au-delà de l'atténuation, telles que l'adaptation au changement climatique, les finances et les besoins technologiques et de transfert.
 
"Ces questions revêtent une importance cruciale pour les pays africains, qui doivent relever les deux défis du développement et du changement climatique", explique le chercheur.
 
"L'Explorateur NDC met également en évidence les domaines prioritaires des pays africains en matière d'action climatique, permettant ainsi des initiatives ciblées pour soutenir ces actions. Plus important encore, il va au-delà de l'atténuation pour inclure d'autres aspects de l'adaptation, des processus de planification et propose des ouvertures sur des débats internationaux tels que l'économie verte, les objectifs de développement durable et la gestion des risques de catastrophe.
 
L'équipe s'est concentrée sur les plans d'action pour le climat jusqu'en 2030.
 
L'outil permet aux utilisateurs de basculer entre 163 plans climatiques prévus et existants, notant toute modification des deux documents pour un pays donné.
 
Nicholas Ozor, directeur exécutif du Réseau africain d'études sur les politiques en matière de technologie au Kenya, indique à SciDev.Net que cet outil pourrait renforcer la transparence autour de la gestion des plans d'action pour le climat et se révéler précieux dans le cadre des négociations sur le changement climatique.
 
"Cet outil est important pour l'Afrique car il fournit des informations vitales et essentielles pour éclairer les décisions sur le changement climatique. Un défi majeur pour l'Afrique a été le manque de base de données sur l'information climatique avec des informations détaillées, au niveau national aet continental ", explique-t-il.
 
L'outil offre l'opportunité aux décideurs, aux scientifiques et aux autres acteurs de mieux comprendre le statut des pays africains, des sous-régions et du continent dans son ensemble en ce qui concerne les actions climatiques, ajoute Nicholas Ozor.