Afrique Sub-Saharienne

  • Une dénutrition rampante dans les villes d'Afrique subsaharienne

    Calvin Otieno

    18/04/17

Lecture rapide

  • Un programme se propose de faciliter l'évaluation locale de la malnutrition

  • Il offre une plateforme aux acteurs clés pour identifier et traiter la malnutrition

  • Un expert estime que le financement reste un défi à relever

Un programme se propose d'aider à lutter contre la dénutrition - entendue comme état résultant d'apports nutritionnels insuffisants au regard des dépenses énergétiques - en Afrique subsaharienne, grâce à la création d'une plateforme pour évaluer et discuter les défis.
 
Selon l'UNICEF, environ 28% des enfants en Afrique subsaharienne souffrent d'insuffisance pondérale. Mais les experts estiment que les méthodes existantes d'évaluation de la nutrition, telles que l'approche qui privilégie l'économie familiale, posent des problèmes tels que le manque d'évaluations approfondies et d'analyses situationnelles.
 
Pour aider à relever ces défis, Action Contre la Faim (ACF), une organisation humanitaire non gouvernementale basée en France, a développé un programme appelé Link Nutrition Causal Analysis (Link NCA).

“La malnutrition urbaine a écarté les décideurs et les chercheurs pendant longtemps car c'est un processus continu unique.”

Esther Mogusu
Comté de Nairobi

 
"Link NCA est un processus local qui tente de comprendre ce qui se passe dans différentes régions, en fournissant un sondage et une analyse indépendants sur la nutrition, ainsi que des programmes de sécurité nutritionnelle multisectoriels adaptés aux communautés et aux parties prenantes", a déclaré Blanche Mattern, conseillère technique pour Action Contre la Faim, lors de l'événement Link NCA Learning organisé au Kenya en février.
 
Blanche Mattern explique que, par rapport à d'autres programmes d'analyse nutritionnelle, Link NCA utilise une approche axée sur les personnes.
 
Ce programme mobilise les ONG, les gouvernements des comtés et les communautés face au défi de la sous-nutrition, estime Blanche Mattern.
 
Avec le soutien de l'unité technique Link NCA, une ONG - Concern Worldwide - mène des enquêtes approfondies et des analyses sur les bidonvilles de Mukuru et Viwandani, à Nairobi, au Kenya.
 
Les résultats préliminaires de l'étude ont révélé certains des facteurs majeurs qui font apparaître la sous-alimentation comme une garderie mal gérée, tels qu'une fluctuation des prix des denrées alimentaires, un logement défavorable, des problèmes liés à la santé ou à l'assainissement. Esther Mogusu, coordonnatrice nutritionnelle du comté de Nairobi, explique à SciDev.Net: "La malnutrition urbaine a écarté les décideurs et les chercheurs depuis longtemps, car il s'agit d'un processus continu unique, contrairement à la malnutrition due à la sécheresse, qui est cyclique. Cela a entraîné une forte augmentation des cas de dénutrition dans les zones urbaines".
 
Selon Esther Mogusu, le gouvernement du comté de Nairobi prévoit de mobiliser les communautés pour comprendre ce qu'est une bonne nutrition, travailler avec les services d'urbanisme et les ministères concernés pour assainir les structures dans les bidonvilles et fournir des services adéquats au niveau municipal.
 
"Pour que le Kenya et l'Afrique dans son ensemble atteignent leurs objectifs de développement durable, la nutrition doit être un objectif clé", explique encore Esther Mogusu, qui déplore un financement limité pour relever le défi de la malnutrition.
 
Link NCA offre une plateforme unique où les gouvernements et d'autres acteurs clés peuvent se concerter pour résoudre la question de la malnutrition dans les zones urbaines.