Afrique Sub-Saharienne

  • La FAO met en garde contre un virus affectant le tilapia

    Fatima Arkin

    20/06/17

Lecture rapide

  • Le virus TiLV pose une grave menace pour le tilapia sauvage et d'élevage

  • Il menace la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance dans au moins cinq pays

  • Des mesures de biosécurité sont mises en œuvre pour prévenir la propagation du virus

[BANGKOK] Une maladie virale émergente observée chez les tilapias sauvages et d'élevage pourrait avoir une incidence sur la sécurité alimentaire mondiale et la nutrition, si les mesures de prévention en matière de biosécurité ne sont pas introduites, ont averti l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), ainsi que d'autres organisations.
 
L'avertissement a été lancé dans une alerte spéciale publiée par la FAO, le 26 mai. Le virus du lac Tilapia (TiLV) a d'abord été détecté en Israël en 2009, mais n'a été confirmé comme nouvelle maladie qu'en 2014.
 
Pendant ce temps, plusieurs cas ont été signalés dans d'autres régions du monde.
 
"Tous les pays producteurs de tilapia et surtout ceux qui sont impliqués dans le transport de tilapia vivant devraient être vigilants à propos de la maladie et prendre des mesures appropriées de gestion des risques pour réduire la probabilité que les stocks importés soient infectés par le TiLV", a déclaré à SciDev.Net, Melba Reantaso, responsable de l'aquaculture à la FAO. 

“Tous les pays producteurs de tilapia et surtout ceux qui assurent le transport de tilapia vivant devraient être vigilants à propos de la maladie.”

Melba Reantaso, Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture


Le tilapia est un nom commun donné à des centaines d'espèces de poissons à de la famille des Cichlidae et son nom provient du genre cichlidé Tilapia. C'est le poisson d'élevage le plus populaire au monde, après la carpe et le saumon.
 
Selon les chercheurs, le TiLV a été jusqu'ici signalé dans cinq pays: la Colombie, l'Équateur, l'Égypte, Israël et la Thaïlande. Des épidémies en Thaïlande ont affecté 90% des stocks de tilapia.
 
Le TiLV fait partie de la famille des virus Orthomyxoviridae, liée au virus de l'anémie qui a causé d'importants dégâts dans l'industrie du saumon. A ce jour, on considère qu'il n'infecte pas les êtres humains.
 
Les poissons infectés par le TiLV présentent souvent une certaine léthargie, des lésions de la peau, des anomalies oculaires et une opacité des lentilles.
 
Mais il existe encore beaucoup de zones d'ombre sur la maladie, telles que la question de savoir si les porteurs passifs du virus peuvent le transmettre et si des infections par du tilapia congelé sont possibles.
 
Vishnumurthy Mohan Chadag, scientifique principal de WorldFish, une organisation internationale de recherche à but non lucratif, a déclaré à SciDev.Net que les pays vulnérables au virus TiLV doivent mettre en place des stratégies de surveillance.
 
La sensibilisation au TiLV dans tous les secteurs de la chaîne de valeur est tout autant importante, ajoute Vishnumurthy Mohan Chadag, avec une attention particulière accordée aux petits agriculteurs ayant un accès limité aux connaissances et à l'information.
 
Au niveau international, une mobilisation est déjà en cours entre les différentes parties prenantes pour aider les pays touchés et les aider à adopter des mesures de biosécurité qui comprennent l'exigence de signaler une mortalité inhabituelle des poissons et des restrictions sur le mouvement des poissons vivants. Des efforts sont également en cours pour développer un vaccin.
 
La Chine, l'Inde et l'Indonésie surveillent activement le TiLV. En Israël, un sondage épidémiologique devrait déterminer les facteurs influençant les faibles taux de survie et la mortalité.
 
Selon la FAO, le tilapia fait partie des principales espèces d'aquaculture, en termes de volume, qui fournissent des aliments, des emplois et un gagne-pain pour des millions de personnes, y compris de nombreux petits exploitants.
 
La Chine, l'Indonésie et l'Égypte sont les trois principaux producteurs de tilapia en aquaculture. En 2015, la production mondiale de tilapia issu aussi bien de l'aquaculture que de la pêche, s'est élevée à 6,4 millions de tonnes, soit une valeur de 9,8 milliards de dollars américains.

Cet article a été rédigé par l'édition Asie/Pacifique de SciDev.Net.