Afrique Sub-Saharienne

  • Flickr/DFID - UK Department for International Development

  • Santé : résultats en demi-teinte pour les OMD

    Julien Chongwang

    15/05/15

Lecture rapide

  • Les décès d’enfants et de mères lors de l’accouchement ont diminué de moitié

  • Un milliard de personnes n’ont pas accès aux services d’assainissement de base

  • De nouveaux objectifs pour 2030 seront fixés en septembre 2015 à New York

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) vient de publier ce 13 mai ses statistiques sanitaires 2015.

Ce document évalue la mise en œuvre du volet santé des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), adoptés en 1990 pour orienter l’action mondiale dans la lutte contre la pauvreté à l’horizon 2015.

"Les OMD ont été positifs pour la santé publique. Ils ont attiré l’attention politique et mobilisé des fonds dont on avait cruellement besoin", déclare Margaret Chan, Directrice générale de l’OMS, dans le communiqué de presse publié à cette occasion.

En conséquence, selon le rapport, le nombre des décès d’enfants a diminué de moitié ; passant de 90 à 46 décès pour 1000 naissances vivantes entre 1990 et 2013 ; tandis que le nombre de mères décédées des suites de complications pendant la grossesse ou l’accouchement a baissé dans des proportions similaires au cours de la même période.

“Si les progrès ont été très encourageants, il subsiste de larges écarts entre les pays et au sein des pays. Le rapport d’aujourd’hui souligne la nécessité de poursuivre l’action pour garantir aux populations les plus vulnérables du monde l’accès aux services de santé.”

Margaret Chan, Directrice générale de l’OMS

Des performances qui restent cependant loin de la réduction des deux tiers et des 75% visées respectivement pour les décès d’enfants et pour les décès de mères.

Au sujet du VIH Sida, l’on a enregistré seulement 2,1 millions de nouvelles infections notifiées en 2013, contre 3,4 millions en 2001.

Le rapport indique aussi qu’à l’échelle mondiale, l’espérance de vie à la naissance a augmenté de six ans tant pour les hommes que pour les femmes depuis 1990.

Mais, "si les progrès ont été très encourageants, il subsiste de larges écarts entre les pays et au sein des pays. Le rapport d’aujourd’hui souligne la nécessité de poursuivre l’action pour garantir aux populations les plus vulnérables du monde l’accès aux services de santé", souligne néanmoins Margaret Chan.

Ainsi, l’OMS note par exemple que près d’un milliard de personnes n’ont toujours pas accès aux services d’assainissement de base.

En Afrique dans le même temps, "une femme sur quatre voulant éviter ou retarder une grossesse n’a pas accès à la contraception et seulement une femme sur deux accouche en présence d’un personnel qualifié", apprend-on.

Ces insuffisances seront sur la table en septembre 2015 lorsque les pays décideront de nouveaux objectifs pour 2030 lors de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York aux Etats-Unis.