Afrique Sub-Saharienne

  • Une plateforme pour retrouver des parents disparus

    Julien Chongwang

    30/05/17

Lecture rapide

  • L’utilisateur crée un compte et introduit le nom de la personne qu’il recherche

  • Si elle est aussi inscrite, le contact est rétabli gratuitement entre les deux individus

  • Avec 600 000 inscrits, cette application a déjà aidé 38 000 personnes à se retrouver

Jusqu'en 2013, Sifa, une jeune fille de 18 ans, vivait dans une ville du Sud Kivu en République démocratique du Congo où elle s’occupait de ses trois cadets depuis le décès de leurs parents en 2009 et 2011.
 
Un jour, les rebelles Hutus rwandais firent irruption dans la ville alors que ses cadets étaient à l’école. Dans le branle-bas qui s’installa dans la cité, elle les avait cherchés partout ; mais, n’avait pas pu les retrouver. Et craignant pour sa propre vie, elle s’était réfugiée au Burundi voisin, puis, plus tard, en Belgique.
 
Mais, elle était toujours sans nouvelles de ses cadets dont elle ne savait même pas s’ils étaient encore en vie. Et un jour de 2015, elle reçut sur son téléphone portable, un message d’une réfugiée congolaise au Burundi. Cette dernière lui disait qu’elle était avec ses trois cadets qu’elle cherchait. Aujourd’hui, leurs retrouvailles ne sont plus qu’une question de temps.
 
La communication entre les deux femmes s’est faite à travers REFUNITE, une plateforme développée par David et Chistopher Mikkelsen, deux frères de nationalité danoise, pour aider les personnes déplacées à retrouver leurs proches disparus.
 

“Notre technologie est conçue pour répondre aux besoins des populations déplacées ; nous développons nos produits en étroite collaboration avec les réfugiés et veillons à ce que nos solutions fonctionnent pour eux”

David et Chistopher Mikkelsen
Cofondateurs de Refunite

 
Cette application interactive ouvre un dialogue avec l’utilisateur lors de sa première connexion ; lui demandant des informations telles que son nom, sa nationalité, son sexe, son âge, voire son ethnie dans certains cas, etc. afin de créer son compte.
 
Une fois le compte créé, l’utilisateur est invité à insérer le nom de la personne qu’il recherche, ainsi que sa nationalité et même son clan, sa tribu dans le cas de certins pays.
 
Si cette dernière est déjà enregistrée sur la plateforme, alors, son nom apparaît et un champ s’ouvre pour permettre à l’utilisateur de lui écrire un message.
 
Les deux connaissances peuvent dès lors reprendre contact pour savoir où chacune se trouve et voir dans quelle mesure elles peuvent à nouveau se revoir.
 
Répondant à la sollicitation de SciDev.Net, David Mikkelsen explique : "nous avons fondé REFUNITE après avoir aidé Mansour, un jeune réfugié afghan qui avait perdu la trace de toute sa famille lors de son évasion de Kaboul d’où les siens et lui-même fuyaient les Talibans".
 
Mansour s’était retrouvé à Copenhague (Danemark) en 2005 et l’un de ses cinq frères fut localisé plus tard au sud de la Russie. Les frères Mikkelsen les avaient finalement aidés à se retrouver en 2011 à Moscou.
 
"En découvrant dans cette démarche qu'aucune des grandes organisations n'avait créé une infrastructure informatique pour collecter, guider et distribuer des données sur les familles disparues, nous avons pensé à créer REFUNITE", ajoute David Mikkelsen.
 
Technologie simple
 
Christopher Mikkelsen, son cofondateur tient à préciser que l’organisation "fonctionne grâce à des plateformes de technologie  simple, permettant à la plupart des réfugiés d’utiliser nos services à partir de n'importe quel téléphone. Ils s'inscrivent, recherchent, trouvent et communiquent gratuitement sur notre plateforme".
 
En effet, des partenariats existent entre REFUNITE et les opérateurs de téléphonie mobile dans une vingtaine de pays d’Afrique et d’Asie. En Afrique, l’on a l’Algérie, le Tchad, la RDC, le Ghana, le Libéria, le Niger, le Malawi, le Nigeria, le Congo, le Rwanda, l’Afrique du Sud, le Soudan du Sud et la Tanzanie.
 
Dans certains de ces pays, disent les frères Mikkelsen, "la plateforme peut être consultée à partir d'un simple téléphone par SMS ou USSD[1] . Notre technologie est conçue pour répondre aux besoins des populations déplacées ; nous développons nos produits en étroite collaboration avec les communautés de réfugiés et veillons à ce que nos solutions fonctionnent pour elles".
 
Aussi une solution est-elle disponible pour les réfugiés illettrés qui ne peuvent pas renseigner le formulaire de création de compte et de recherche sur le téléphone mobile, .
 
"Les réfugiés et les personnes déplacées peuvent s'inscrire et rechercher sur REFUNITE via un centre d'appels", indique Christopher Mikkelsen.
 
Analphabètes
 
Par ailleurs, SciDev.Net apprend que la structure développe actuellement avec la société Ericsson une technologie "Interactive Voice Response" (IVR) pour aider les personnes analphabètes à s'inscrire sur la plate-forme.
 
"La solution IVR sera lancée cette année au Pakistan grâce à une subvention de la Fondation H & M", mentionne David Mikkelsen.
 
En attendant, ce sont plus de 600 000 réfugiés qui sont actuellement inscrits sur la plateforme ; et à en croire son service de communication, REFUNITE qui est basée à Nairobi (Kenya) a déjà permis à quelque 38 000 membres de familles de se retrouver.
 
Pour ces prouesses qui permettent de tourner la page à la paperasse qu’il fallait remplir auparavant pour chercher un proche disparu, REFUNITE et ses fondateurs ont été sélectionnés en mars dernier à Genève (Suisse) parmi les 17 entrepreneurs sociaux (issus de 13 organisations) de l’année 2017 par le Forum économique mondial et la Fondation Schwab.
 
Pour cette dernière, "REFUNITE est le plus vaste réseau mondial de personnes disparues pour les personnes déplacées et les réfugiés".

Pour sa part, le Haut commissariat des Nations unies au réfugiés (HCR) qui n'a pas donné suite aux sollicitations de SciDev.Net pour cet article estime sur son site web à 65,3 millions le nombre de personnes déplacées dans le monde, dont 21,3 millions de réfugiés.

Elles vivent notamment en Afrique du Nord et au Moyen orient (39%), en Afrique (29%), en Asie et Pacifique (14%), dans les Amériques (12%) et en Europe (6%).