Afrique Sub-Saharienne

  • Tuberculose: Des médicaments "adaptés" pour les enfants kenyans

    Gilbert Nakweya

    19/04/17

Lecture rapide

  • Le Kenya a déployé des médicaments contre la tuberculose adaptés aux enfants

  • Ces médicaments améliorent le traitement et la survie de l'enfant

  • Selon un expert, les cliniciens ont besoin d'aide des parents pour le diagnostic

[NAIROBI] Selon le ministère kenyan de la Santé, l'adoption et l'utilisation accrues de médicaments favorables aux enfants aide le Kenya à renforcer le traitement de la tuberculose (TB) et la survie de l'enfant.
 
Le Kenya est un pays à forte incidence, où la proportion d'enfants affectés est estimée à environ 10%.
 
Selon un communiqué du ministère de la Santé publié le 24 mars dernier, à l'occasion de la célébration de la journée mondiale de la tuberculose, une grande partie de ces cas restent non diagnostiqués et non traités.

“Nous voulons institutionnaliser cette initiative, en particulier avec les établissements d'enseignement du pays qui utilisent les enfants comme agents de changement.”

Enos Masini
Ministère de la Santé

 
La déclaration ajoute: "Les enfants enccourent un risque plus élevé de développer des formes sévères, souvent fatales de la tuberculose, telles que la méningite tuberculeuse, qui peut les rendre aveugles, sourds ou handicapés mentaux".
 
Selon le ministère de la Santé, un défi majeur pour le traitement de la maladie a été l'assujettissement des enfants pendant six mois à des pilules amères insolubles dans l'eau.
 
Mais depuis l'introduction, en décembre 2015, de médicaments hydrosolubles adaptés aux enfants par l'Alliance TB, on s'attend à ce que le pays améliore considérablement le traitement de la tuberculose et la survie de l'enfant.
 
Les médicaments améliorés pour enfants sont en effet agréablement aromatisés et faciles à administrer.
 
"La tuberculose est la maladie infectieuse la plus meurtrière au monde et aussi une cause majeure de maladie et de décès chez les enfants", déclare Enos Masini, responsable du programme national de lutte contre la tuberculose, la lèpre et les maladies pulmonaires au ministère de la Santé.
  
Enos Masini a déclaré à SciDev.Net qu'un objectif majeur du ministère est de sensibiliser la population, car beaucoup de gens ne signalent pas leur maladie et ne cherchent pas à se faire soigner.
 
"Nous voulons institutionnaliser cette initiative, en particulier avec les établissements d'enseignement du pays, en utilisant les enfants comme agents de changement", explique encore Enos Masini.
 
Selon lui, le Kenya est le premier pays au monde à déployer à l'échelle nationale une distribution gratuite de médicaments améliorés depuis octobre 2015.
 
Lors d'une visite de terrain à l'école primaire de Kiambu Township, dans le comté de Kiambu, le mois dernier (20 mars), des représentants du gouvernement du comté et du ministère de la Santé ont décerné des prix aux élèves qui ont participé à un concours de rédaction sur la tuberculose.
 
"C'est un jour de sensibilisation", avait déclaré Enos Masini. "Nous sommes prêts à traiter et à déstigmatiser les patients atteints de tuberculose dans notre comté", a-t-il ajouté.
 
Jonah Mwangi, membre du comité exécutif du comté sur la santé, s'exprimant aà l'occasion de la journée mondiale de la tuberculose, a noté qu'une sensibilisation accrue aiderait le pays à réduire la prévalence et aiderait à éradiquer la tuberculose d'ici à 2025, conformément à l'Agenda 2030 des Nations Unies sur le développement durable.
 
Mais Elizabeth Mungai, responsable de la clinique thoracique de l'hôpital de Kiambu, affirme que les cliniciens doivent demander plus d'informations aux parents lorsqu'ils diagnostiquent des enfants.
 
"Il est difficile d'avoir les symptômes chez les enfants, donc nous comptons sur des informations forunies par les parents et les tuteurs", a-t-elle expliqué.